La fête de Noël est un mélange de plusieurs cultures.

La fête de Noël est un mélange de plusieurs cultures.

©iStock - Choreograph

Ancrés dans les croyances des Français, les 24 et 25 décembre sont des dates importantes. Dans le monde entier, les fêtes de fin d’année sont l’occasion de se retrouver en famille et de partager de bons moments à table et sous le sapin. Mais connaissez-vous les véritables origines de Noël, ainsi que les symboles liés à cette célébration ?

Les origines du mot “Noël”

  Vous pourrez expliquer les origines de Noël à toute la famille !

Vous pourrez expliquer les origines de Noël à toute la famille !

©iStock - skynesher

Noël est un mot couramment prononcé, en particulier quand les fêtes de fin d’année pointent le bout de leur nez. Mais que signifie réellement ce terme ? Un peu d’étymologie pour commencer ! Tout comme sa propre histoire, Noël a plusieurs sources, mais la plus connue est la suivante : ce nom viendrait du latin “Dies Natalis, c’est-à-dire Jour de naissance.

Mais quelle naissance vous demandez-vous ? Il s’agirait du “Solis Invictus” ou “Soleil invaincu”. Cette festivité avait généralement lieu lors du jour du solstice d’hiver, lorsque les jours commencent tout doucement à se rallonger. C’était l’occasion de célébrer, dans la joie et la bonne humeur, la présence ou la renaissance de l’astre scintillant : le Soleil !

Malheureusement, les origines du mot ne sont pas déterminées, et pour cause, les fêtes païennes et chrétiennes ont toujours empiété les unes sur les autres… Vous aurez peut-être remarqué que dans certains pays (notamment d’origines latines), la racine du mot “Natalis” est présent comme au Portugal avec Natal, en Espagne avec Navidad… Cependant, en Angleterre, Noël se dit Christmas (Fête ou messe du Christ) et en Allemagne, Weihnachten (Les Saintes Nuits ou Les Nuits Sacrées).

Les origines de la fête de Noël

  Les différentes anecdotes qui forment Noël !

Les différentes anecdotes qui forment Noël !

©iStock - martin-dm

Avant d’être une fête chrétienne, Noël était en réalité, une fête païenne. En l’an 274, l’empereur romain Aurélien créé, officialise et propage un culte païen centré sur le dieu Sol Invictus. La célébration de cette divinité solaire a lieu le 25 décembre, date qui correspond au solstice d’hiver avant le concile de Nicée. C’est le moment idéal pour fêter la renaissance du soleil qui vainc la noirceur des jours. Aurélien décide d’organiser, chaque année et uniquement pour l’événement, des jeux mémorables pour le peuple romain.

À cette époque, les chrétiens ne connaissent pas Noël, mais face à la montée en puissance du culte de Sol Invictus, l’Église prend peur. C’est pourquoi, à partir du IIe siècle, les chrétiens commencent à chercher la date de la naissance de Jésus afin d’instaurer, à leur tour, une nouvelle fête. Vers l’an 300, la date du 25 décembre paraît toute désignée pour réduire l’influence du culte instauré par l’empereur Aurélien. Ainsi, Noël apparaît.

Le premier empereur romain converti au christianisme, Constantin Ier, était un admirateur du Dieu-Soleil au début de son règne. En conséquence, il instaure un décret promulguant le dimanche ou “jour du soleil” comme étant un jour de repos. Ce n’est quand 380 que l'empereur Théodose Ier interdit officiellement le culte Sol Invictus et assimile le dimanche au “jour du seigneur”.

Les principaux symboles de Noël

  OH OH OH ! Le père Noël est de passage !

OH OH OH ! Le père Noël est de passage !

©iStock - Kontrec

Le Père Noël est le personnage préféré des enfants, mais savent-ils qu’avant de s’appeler ainsi, son véritable nom était Saint-Nicolas ? Il s’agissait d’un évêque turc qui a vécu vers l’an 300. Il était reconnu pour être d’une extrême bonté envers les familles pauvres et leur distribuait des “cadeaux” pour les réconforter. C’est donc naturellement qu’on le proclama protecteur des enfants et en particulier les plus sages d’entre eux. Ce n’est quand 1822, aux Etats-Unis, qu’il devient le Père Noël.

Le sapin est l’arbre de prédilection pour célébrer Noël puisqu’il représente l’arbre de l’enfantement, du renouveau et de l’immortalité. Entre 2 000 et 1 200 avant J.-C., les Celtes ont attribué un arbre à chaque mois. L’épicéa fut choisi pour représenter le mois de décembre. Les siècles passent et d’autres histoires voient le jour. En Allemagne, le sapin représente “l’arbre de l’Enfant Jésus”. En 1738, Marie Leszczynska, épouse du roi Louis XV, installe pour la première fois un sapin au sein du château de Versailles... Ce n’est qu’après les années 50 que les sapins prennent place dans les maisons de chaque citoyen.

Les boules de Noël n’ont pas toujours arboré le roi des forêts ! Au 11e siècle, on accrochait des pommes rouges au sapin afin de rappeler le pommier, l’arbre défendu du jardin d’Éden. Malheureusement, au 19e siècle, l’automne et l’hiver n’avaient pas été tendres avec la végétation de Moselle et les Français se retrouvèrent sans pommes pour décorer leur sapin. Pour résoudre le problème, un verrier eut l’idée de créer des boules en verre soufflé adoptant la forme d’une pomme.

La tradition des cadeaux remonte à l’Antiquité. Les Romains s’échangeaient déjà des présents comme du miel, des étrennes... lors des fêtes des Saturnales. Elle prit une dimension chrétienne à la naissance de Jésus, lors de la visite des rois mages. Noël devint la fête de la nativité et par conséquent des enfants. Au fil du temps, les cadeaux ont évolué : des figurines en terre cuite, des fruits, des friandises… Au 20e siècle, la société de consommation incite, à l’aide de vitrines décorées, à acheter des jouets pour le plus grand bonheur des enfants.

Les symboles chrétiens de Noël

  Connaissez-vous tous les symboles de Noël ?

Connaissez-vous tous les symboles de Noël ?

©iStock - SolStock

Au 13e siècle à Greccio (Italie), Saint François d’Assise voulu reproduire le lieu où naquit Jésus, mais dans une grotte. Avec l’aide de villageois, il reconstitua la scène grandeur nature avec tous les personnages (Jésus, Marie, Joseph, les rois mages…) et tous les animaux (âne, boeuf…) présents le soir de l’heureux événement. Grâce à cette initiative, les crèches sont apparues et se sont lentement répandues. Il faudra attendre le 16e siècle pour que la crèche devienne une réelle coutume de Noël.

L'étoile qui agrémente la décoration du sapin de Noël est l’un des symboles les plus importants. Elle représente l’étoile de Bethléem, qui selon Saint Matthieu, annonça aux mages : Gaspard, Balthazar et Melchior, la naissance de Jésus. Elle les guida vers la ville de Bethléem et de Jérusalem où ils purent rencontrer le jeune messie et lui offrir chacun un présent. Gaspard offrit de l’encens, Balthazar offrit de la myrrhe et Melchior, quant à lui, offrit de l’or. Pour se rappeler de cet événement, il fut décidé d’accrocher une étoile sur les crèches ainsi qu’au sommet des sapins.

La couronne de l’avent est apparue au 16e siècle en Allemagne. Elle évoque le soleil et un cercle qui rappelle que le temps des fêtes revient perpétuellement. Elle est souvent accrochée à la porte, posée près d’une fenêtre ou à table. Elle est nouée avec un ruban rouge pour incarner l’amour et est constituée de branchages de pin pour symboliser l’immortalité, ainsi que de 4 bougies dont les flammes servent à éclairer vos vies et éloigner l’obscurité. Les bougies sont allumées progressivement et ont un sens. La première incarne le pardon accordé à Adam et Eve ; la deuxième est le symbole de la foi des patriarches ; la troisième représente la joie de David et la quatrième montre le message des prophètes.

Les plats symboliques de Noël

  La féerie de Noël se trouve aussi à table.

La féerie de Noël se trouve aussi à table.

©iStock - Choreograph

Le calendrier de l’avent a vu le jour en Allemagne au 19e siècle. À l’époque, les familles protestantes avaient pour coutume d’accrocher une image religieuse à partir du début du mois de décembre jusqu’au 24. Il permettait aux enfants de faire un décompte des jours. Le calendrier que vos enfants connaissent aujourd’hui est apparu dans les années 20 et s’est enrichi dans les années 60.

Le soir de Noël, la dinde farcie est le plat principal. Mais avant qu’elle n’arrive d’Amérique, les Français dégustaient de l’oie ou du paon… C’est l’explorateur Christophe Colomb qui ramène quelques spécimens en Europe. Son nom vient du fait que lors du débarquement des colonisateurs en Amérique, il pensait en réalité être arrivé… en Inde ! La dinde prit la place de l’oie dans les assiettes car elle est plus grosse et moins chère.

Avant d’être un gâteau, la bûche avait une toute autre importance. Pour éclairer le foyer lors de la nuit la plus longue de l’année, il fallait brûler une énorme bûche issue d’un arbre fruitier comme le noyer ou le chêne. Elle était coupée au petit matin, préparée et placée dans la cheminée par l’aîné et le cadet présents dans la maison devenant un symbole de transmission familiale. C’est en 1870 que le gâteau est apparu dans les pâtisseries.

    

Bon Plan

Pendant les vacances de Noël, organisez des activités avec toute la famille. Découvrez le jeu du sapin de Noël animé ! Constituez des équipes en fonction de nombre de participants et désignez celui qui fera office de sapin. La règle est simple : utilisez tout ce que vous avez sous la main pour décorer votre “sapin” (guirlande lumineuse ou en papier, boules décoratives…), le tout dans un temps imparti. Le plus beau sera le vainqueur !

Ecrit par

Sophie Bourguignon

  • En savoir plus ?
  • Fêtes

Noël est l’époque parfaite pour relire tous ensemble le conte de Casse-Noisette !

Faites participer vos enfants à la décoration du sapin et leur proposant des idées déco faciles !