Champs coquelicots ciel bleu

Un beau ciel bleu pour égayer la journée

©Adobe Stock - Miredi

Avec le retour du printemps, la nature retrouve peu à peu ses couleurs. Cela n’a pas échappé à vos petits observateurs qui s’émerveillent devant les fleurs et les papillons. Découvrez ensemble les raisons de cette métamorphose.

L’hiver n’est pas très apprécié par les animaux et les végétaux. Il y a moins de soleil, il neige parfois et les températures baissent. Si votre petite famille peut se munir de vêtements bien chauds, la nature, elle, a très peu de moyens pour se protéger et attend avec impatience l’arrivée des beaux jours.

Les joies du printemps et de son soleil

Lorsqu’au mois de mars, le printemps revient, la nature se réveille ! Les jours rallongent et grâce au soleil, les températures augmentent, la neige laisse place à la pluie. Les jours ensoleillés et pluvieux se succèdent, créant ainsi les conditions idéales au développement des plantes. Les bourgeons apparaissent pour donner place à de jolies fleurs colorées qui attirent les insectes, dont les abeilles. Celles-ci butinent et pollinisent, ce qui donne lieu à encore plus de floraison. Et qui dit plantes, dit nourriture ! Les animaux qui ont hiberné sortent de leur sommeil pour se restaurer. C’est notamment le cas des marmottes et des hérissons, par exemple. Ceux qui ont migré, comme les grues ou les oies blanches vers des pays chauds reviennent pour se nourrir et profiter du soleil. Tous viennent savourer leur festin printanier et profiter de la chaleur.

    

Bon plan

Profitez de cette explication pour faire un petit atelier peinture sur le thème de la nature comme la réalisation sur une feuille blanche d’un paysage printanier.

Ecrit par

Dominique Lemoine

  • En savoir plus ?
  • Comprendre |
  • Sciences

Expliquez-leur les mots les plus difficiles tels que « hiberner », « croissance », « migrer », « végétaux »...

Faites ensemble un tableau des différentes façons de se protéger des animaux. Dans une colonne, mettez ceux qui hibernent et dans l’autre ceux qui migrent.

Les autres articles du dossier