La forêt, bûcheron, hache

La forêt face au bûcheron armé de sa hache

©iStock - vm

Au programme ? La Forêt et le Bûcheron, une fable de Jean de La Fontaine. Ce récit, peu connu, met en lumière la morale suivante : à force d’être gentil, on passe pour un ignare voire un faible.

La Forêt et le Bûcheron : la fable complète

Un Bûcheron venait de rompre ou d’égarer
Le bois dont il avait emmanché sa cognée.
Cette perte ne put sitôt se réparer
Que la Forêt n’en fût quelque temps épargnée.
L’Homme enfin la prie humblement
De lui laisser tout doucement
Emporter une unique branche,
Afin de faire un autre manche.
Il irait employer ailleurs son gagne-pain ;
Il laisserait debout maint chêne et maint sapin
Dont chacun respectait la vieillesse et les charmes.
L’innocente Forêt lui fournit d’autres armes.
Elle en eut du regret. Il emmanche son fer.
Le misérable ne s’en sert
Qu’à dépouiller sa bienfaitrice
De ses principaux ornements.
Elle gémit à tous moments :
Son propre don fait son supplice.Voilà le train du Monde et de ses Sectateurs* :
On s’y sert du bienfait contre les bienfaiteurs.
Je suis las d’en parler ; mais que de doux ombrages
Soient exposés à ces outrages.
Qui ne se plaindrait là-dessus ?
Hélas ! J’ai beau crier et me rendre incommode :
L’ingratitude et les abus
N’en seront pas moins à la mode.

*”Sectateur” : Adepte, partisan d’une secte.

Une fable intemporelle

La forêt, poumon vert du monde

La forêt ou le poumon vert du monde

©iStock - AVTG

Cette fable raconte l’histoire d’un bûcheron dont le bois de sa hache vient de céder. Malheureusement pour lui, il n’a rien d’autre sous la main pour continuer son dur travail, ce qui laisse un peu de répit à la forêt. Embarrassé par la situation, le bûcheron demande modestement à la forêt de lui fournir ne serait-ce qu’une branche pour réparer sa hache. En échange du généreux don de la forêt, il partirait dans un autre lieu pour gagner sa vie tout en promettant de laisser les chênes et sapins vivre en paix. La forêt accepte la proposition du bûcheron et lui fournit le bois dont il a besoin. Quelle erreur ! À peine la hache réparée, le bûcheron recommence à massacrer la forêt en la dépouillant de tout son bois. La forêt souffre des coups de hache répétés dans l’écorce de ses arbres. Elle regrette d’avoir accepté la proposition du bûcheron mais elle ne peut pas faire autrement que de subir son pauvre et terrible destin.

Dans sa conclusion, Jean de La Fontaine montre sa lassitude face au comportement animal des hommes envers la nature et ses bienfaits.

“L’innocente Forêt lui fournit d’autres armes” : ce que l’auteur cherche à dire, c’est qu’à vouloir être trop gentil (trop serviable, trop aimable, etc.), on finit par être pris pour un idiot ou un naïf que l'on peut abuser sans vergogne.

Vrai ou faux

1. Le métier de bûcheron consiste à abattre des arbres.

2. Une hache de bûcheron est composée d’une lame de métal et d’un manche de bois.

3. Le métier de bûcheron n’est réservé qu’aux hommes.

4. Les forêts abritent 80 % de la biodiversité terrestre.

5. Treize millions d’hectares de forêts disparaissent chaque année, notamment en zone tropicale.

Réponses

1. Faux. C’est l’une des nombreuses tâches assimilées à son métier. C'est un métier qui demande beaucoup d'habileté.

2. Vrai.

3. Faux. Il est vrai que c’est un métier que l’on qualifie de plutôt de masculin. Cependant, il y a beaucoup de femmes forestières-bûcheronnes.

4. Vrai.

5. Vrai.

Coloriage de bûcheron

Coloriage, bûcheron, imprimer

Coloriage de bûcheron à imprimer

©iStock - ksenva_savva

Imprimez ce dessin en format A4 et proposez à vos enfants de faire le coloriage ensemble. Suggérez aux grands de relier les points entre eux et aux petits de colorier le dessin du bûcheron avec les couleurs de leur choix.

    

Bon Plan

Découvrez les actions réalisées par l’association WWF pour aider à la sauvegarde des forêts dans le monde.

Ecrit par

Sophie Bourguignon

  • En savoir plus ?
  • Jouer |
  • Histoires à raconter

Imaginez la conversation entre l’arbre de la forêt et le bûcheron.

Trouvez des arguments pour convaincre le bûcheron de ne pas dévaster la forêt.