droitiers

90% des êtres humains sont droitiers

©Adobe Stock - Patricia Motte

Quelles sont les raisons qui nous mènent à être gauchers ou droitiers ? Cette question a beaucoup intrigué les scientifiques et donné lieu à plusieurs hypothèses. Découvrez comment une main prend le dessus sur l’autre.

La latéralité se caractérise par la dominance d’un côté du corps humain sur l’autre. Autrement dit, certaines personnes préfèrent utiliser leur main droite plutôt que leur main gauche ou l’inverse. D’autres, se servent des deux indifféremment, ce sont les ambidextres. Mais comment cela arrive-t-il ? Les scientifiques se sont longtemps posés la question.

L’évolution d’une théorie

gaucher

À une certaine époque, il était mal vu d'écrire de la main gauche

©Adobe Stock - Ideenkoch

Être gaucher, une anomalie ?

Durant la première moitié du XXe siècle, les scientifiques pensaient qu’être gaucher était le fruit d’un dysfonctionnement et pouvait être à l’origine de problèmes de langage voire d'une maladie mentale. À cause de cette théorie, les gauchers nés à cette époque ont été forcés d’écrire de la main droite. Heureusement, une nouvelle génération de scientifiques a depuis démenti cette théorie et mis fin à ces pratiques.

La bataille des hémisphères

Une étude réalisée par des biologistes de la Macquarie University de Sydney en Australie évoque qu’en réalité cette latéralité proviendrait de la dominance d’un hémisphère de notre cerveau sur l’autre. Pour rappel : un hémisphère est l’une des deux moitiés de notre cerveau. Chaque hémisphère contrôle une partie du corps et traite les informations provenant d’un œil. L’hémisphère gauche traite les informations de l’œil droit et l’hémisphère droit celles de l’œil gauche. Le cerveau accorde instinctivement une préférence à l’un des yeux provoquant ainsi une latéralité et avec le temps, cette préférence s'installe jusqu’à devenir un réflexe permanent au point de se sentir gaucher ou droitier.

La moelle épinière comme réelle cause de la latéralité

En 2017, des scientifiques de l’université de Bochum, en Allemagne ont découvert que le fait d’être gaucher ou droitier ne dépendrait pas des hémisphères de notre cerveau, mais de la moelle épinière et de l’ordre dans lequel elle enverrait des signaux au cerveau. Celui-ci, traduirait ensuite ces signaux par un mouvement et déclencherait notre préférence pour la droite ou pour la gauche. Ils ont aussi découvert que ce choix se fait bien plus tôt qu’on ne le pensait. Le choix de la main dominante se ferait dès la huitième semaine de grossesse, notamment lorsque le bébé suce son pouce dans le ventre de sa maman.

Les animaux aussi ont leur préférence

perroquets

Pour manger, les perroquets aussi choisissent une de leurs deux pattes

©Adobe Stock - ClaraNila

Nous ne sommes pas les seuls à avoir un côté dominant, les animaux aussi. Pour trouver la théorie des hémisphères, les biologistes de l’université de Sydney ont beaucoup étudié les perroquets australiens en parallèle de leur étude sur les êtres humains. Ils ont notamment remarqué qu’ils bougeaient leurs pattes en fonction de ce qu’ils voyaient. Par exemple, les perroquets qui regardent un morceau de fruit avec leur œil gauche, le prennent avec leur patte gauche. Ceux dont le fruit se trouve dans leur champ de vision droit, se servent de leur patte droite.

    

Bon plan

Profitez de cette explication pour leur proposer une activité. Avec un feutre, des crayons de couleur ou des pastels, lancez-leur le défi d’écrire ou de dessiner avec la main qu’ils utilisent le moins et regardez ensemble le résultat.

Ecrit par

Dominique Lemoine

  • En savoir plus ?
  • Comprendre |
  • Sciences

Afin de favoriser leur compréhension, n’hésitez pas à multiplier les exemples. Cela les aidera à mieux visualiser certains concepts.

Pour les aider à mieux comprendre, durant votre explication montrez-leur une représentation du corps humain sur laquelle sont visibles le cerveau et la moelle épinière.